I La cybersécurité commence dans nos rues et aujourd’hui I

́
Nos liaisons internet dépendent d’armoires de raccordement de fibre optique (dites PMZ) ouvertes aux 4 vents sur l’espace public du fait de l’absence totale de mesures prudentielles basiques, d’actes de vandalisme et du manque de professionnalisme de certains sous traitants des opérateurs.
A quoi sert de développer les moyens de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSII) afin de lutter contre la cyberdélinquance, ériger la Cybersécurité en grande cause nationale alors que rien n’est fait pour sécuriser localement ces armoires, maillons essentiels pourtant des liaisons internet de proximité ?
Pourquoi développer le Télétravail auprès de nos concitoyens, la télémédecine, le streaming, la télé HD, déployer fibre et usages numériques dans tous les territoires si du simple fait de l’absence de sécurisation des PMZ, nos concitoyens ne peuvent accéder à Internet ?
Chaque jour ce sont des centaines, voir des milliers d’internautes, qui sont pénalisés ainsi dans leur leur intimité et épanouissement familial comme l’activité économique et sociale de tant et tant de petits commerces et entreprises, d‘administrations de proximité telle des Mairies, des cabinets médicaux, des pharmacies, alors même que la crise sanitaire rend l’accès à internet indispensable et incontournable.
C’est à leurs Maires que les habitants demandent des comptes, pas au 008 des opérateurs.
Agir concrètement contre la Cybermalveillance commence dans nos rues et aujourd’hui. Il est urgent que l’Arcep intervienne pour mettre fin à ces désordres récurrents et inadmissibles en 2021 et que l’autorité de régulation exige des opérateurs :
– de sécuriser les armoires de raccordement de fibre optique par les dispositifs les plus appropriés,
– de moraliser les pratiques des sous traitants (la « panne » n’est pas toujours due à du vandalisme) : charte, règles professionnelles de bonne conduite …
– d’implanter des outils de traçabilité lors de chaque intervention technique effectuée (état des lieux avant et après, reporting, journal des interventions dématérialisée par armoire …)
– de collaborer au quotidien avec les collectivités. Faut il rappeler qu’élus et agents territoriaux pratiquent au quotidien les contraintes de la gestion de l’espace public. Le déploiement de la fibre et l’entretien du réseau ne peut âtre soumis à la loi de la jungle, fut elle urbaine, le maillon faible est identifiée depuis des années : les armoires de raccordement et de mutualisation de fibre optique !
Les élus et leurs associations sont prês à contribuer à une action qui renforcera la sécurité et la robustesse d’un réseau vital pour les solidarités et les dynamiques de nos territoires.
Ce contenu a été publié dans INFORMATIONS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
L'administrateur du site se réserve le droit de le publier ou non.
Votre adresse IP (3.237.105.210) sera archivée.

Obligatoire

Obligatoire

Facultatif

Rédigez ici votre commentaire